Considérations psychopathologiques

Publié le 11 Septembre 2014

au sujet

de la

phobie administrative.

 

 

La Canaille n'a pu mettre en ligne cette importante communication en ligne que grace à la disponibilité de J-R Parnassus 

https://www.facebook.com/profile 

assurant la publication de la communication du docteur Van Shmoulman

 

Considérations psychopathologiques

Certes, le père fondateur de la discipline avait travaillé à installer un cadre mais celui-ci datait et n'avait été enrichi des développements récents.

Des travaux sont menés de par la planète pour mieux cerner le mal. 

Canaille le Rouge a sollicité son carnet d'adresse pour vous aider à y voir clair et un psychothérapeute de ses relations arrivé du diable vauvert là bas au fond à gauche a, avec diligence, mis ses travaux à jour pour nous décrire du point de vue du clinicien ce qui s'appelle paintenant la désormais célèbre Maladie de Thvenoud.

Sans que vous ayez l'exclusivité (mais presque) de ses conclusions, vous êtes parmi les premiers à en bénéficier, La Canaille lui cède la parole 

Le docteur Van Shmoulman vice président de la société des psychiatres du Tadjikistan oriental nous fait l'amabilité de publier la première communication mondiale sur la Maladie de Thévenoud... Qu'il soit remercié pour sa contribution à la Science !!!
Chers collègues et néanmoins amis,

Considérations psychopathologiques au sujet de la phobie administrative. 

Considérée comme un symptôme nouveau, elle ne doit pas néanmoins être isolée d'un syndrome complexe connu sous le nom de "Maladie de Thévenoud" du nom du cas princeps attesté par l'auteur de cette courte description.

Symptomatologie : La maladie de Thévenoud est reconnaissable aux symptômes suivants : 

- Phobie administrative (ie l'objet de cette nosographie) : peur excessive et incontrôlée à l'ouverture d'un courrier émanant de l’administration fiscale, d'un bailleur, de l'assurance maladie et autres administrations du territoire Français. Les éventuels établissements bancaires situés sur un territoires dont l'administration n'est pas gérée par la France sont parfois sans effets sur le sujet. On notera par conséquent une absence de symptômes phobiques concernant par exemple une lettre émise par le Luxembourg ou autres iles Caïman. 

- Les habituels symptômes rencontrés dans la phobie simple sont reconnus ici avec une particularité pour la théâtralisation. En effet le sujet semble avoir un aménagement défensif visant à désigner un coupable sans toutefois que ses déclarations soient de nature délirante.
- Les sujets présentent également une inflation narcissique importante liées généralement à leur position sociale. Sur l'axe social il est noté que ce syndrome n'atteint que très rarement les couches socio-professionnelles moyennes ou pauvres (voir clinique différentielle).

- Inflation des dépenses dans le domaine des signes extérieurs de richesse. Le sujet victime du syndrome de Thévenoud a tendance a investir son argent dans les signes de richesse extérieure, cachant certainement un affaiblissement du moi difficile à caractériser dans cette dimension clinique.

- Il n'est pas rare que le syndrome de Thévenoud soit familial s'étendant de manière générale à la conjointe ou au conjoint qui souffre par association de ce syndrome. La visée systémique de ce syndrome est avérée à la classe sociale dominante, voire gouvernementale. Autre cas reconnue, le syndrome de Cahuzac par procuration, ou encore appelé mensonge pathologique par procuration.

- Retentissement social : les sujet en prise avec une crise aiguë de la maladie de Thévenoud sont très souvent soumis à une grande promotion sociale avant d'être conspués par les proches. Notons que ce symptôme de retrait social, qu'il soit agit ou subit n'est pas retrouvé en dehors de la sphère publique, à savoir ( sans que cette liste soit exhaustive) : financiers, traders, banquiers d'affaires, ancien président de la république...
La liste des symptômes n'est pas finalisée et reste à approfondir avec une cohorte de cas statistiquement représentative (une étude est prévue par l'OMS dans les milieux politique "Étude épidémiologie visant à mesurer l'incidence du syndrome de Thévenoud dans les milieux politiques de gauche comme de droite". 

Étiopathogénie.

- Il ne sera pas discuté ici d'une éventuelle cause résultante d'une structure désignée par la psychanalyse, ce point fera l'objet d'un addendum dans la section "thérapie".

- D'un point de vue neurologique, bien que des tests en IRMf doivent encore le confirmer, il semblerait qu'un dysfonctionnement global du lobe frontal soit concerné par ce syndrome. L'hypothèse d'un vaste accident ischémique est malgré tout écarté, de même qu'une lésion faisant suite à un accident traumatique ou liée à la consommation d'une substance dangereuse.

- D'un point de vue cognitif, les fonctions d'exécution, de jugement et de planification du sujet semblent fortement altérées. La mémoire de travail est d'une limite inférieure à la moyenne et la mémoire épisodique fortement limitée. L'empan mnésique est faible et la mémoire procédurale est quasiment inexistante. Il semble en revanche que toutes les fonctions sensorielles sont préservées et que la discrimination somesthésique est dite normale, sauf en présence d'un stimulus de "type lettre des impôts."
(Test sur 3 ans).

- Au niveau systémique, il semble que le système complet du sujet est affecté, les relations du macro système et du micro système sont complétement envahis de scripts sociaux erronés, du type croyance en une légitimité pleine et entière, protection des membres du système.

- Enfin d'un point de vue caractérologique suivant la perspective des personnalistes, il semblerait que le "foutage de gueule" soit la caractéristique primaire des sujets concernés.

Thérapie.

- La psychanalyse depuis Lacan ne peut rien contre la connerie, elle est donc déconseillée dans ce genre de cas. Transfert agressif incontournable même en adaptant la cure type (ou de ce type, c'est selon).

- Chirurgie neurologique. Une leucotomie frontale totale est conseillée, le praticien ne devra pas s'inquiéter des éventuelles suites, le sujet n'ayant souvent aucune utilité de son cortex frontal.

- Psychiatrie : la sismothérapie est vivement conseillée, la prise du DECONNEPAS(c) 5 mg 3 fois par jour et du FAITPASLECON(c) 25 mg est conseillée également. Cette prescription sera suivie de manière continuelle pendant toute la vie du sujet.

- Thérapie comportementale et cognitive : apprendre à quitter son parti, son pays et démissionner de ses fonctions après avoir payé toutes les indemnités dues, sera fait par sensibilisation rapide aidée par des stimuli de type "claques" et "bourres pif" suivant le protocole suggéré par Skinner.

Clinique différentielle. 

Le syndrome de Thévenoud ne doit pas être confondu avec les cas des sujets dans un extrême dénuement ne pouvant pas faire face à leurs obligations administratives. D'un point de vue sociologique on prendra compte de la disparité énorme dans le traitement de ces sujets par rapport à ceux atteint d'un authentique syndrome de Thévenoud.

Conclusion. 

Il semble, au regard des quelques informations à notre disposition qu'une poussée du syndrome du Thévenoud soit possible pour l'ensemble de la population dans un élan de "on en a marre de se faire prendre pour des cons".

Nous demandons une étude rapide auprès de l'APA pour une classification de cette nosographie au DSM VI.

Note liminaire rédigée le 10/09/2014 par le docteur Van Shmoulman vice président de la société des psychiatres du Tadjikistan oriental.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #sciences, #politique, #psychothérapie

Repost0
Commenter cet article