Air France : échec ou succès ?

Publié le 29 Septembre 2014

"il faut toujours faire

qu'une grève

soit ressenti

comme un échec.

surtout si elle est victorieuse."

(séminaire de l'UIMM après la grève victorieuse des OS de l'Automobile des années 80)

exit Transavia

exit Transavia

C'est bon d'avoir quelques principes.


Sur ce point, Canaille le Rouge, même s'il se sent plus de proximité avec Rosa Luxemburg qu'avec Auguste Bebel (mort en 1913), il est comme ce socialiste allemand , il se pose des garde-fous : 

"Quand l'ennemi me fait un compliment, je me demande quelle ânerie j'ai pu commettre". (même si La Canaille le dit de façon plus triviale).


Quand le Figaro met ses colonnes au service de ceux qui conspuent les grévistes, les résignés qui annoncent bruyamment accepter le diktat de la déréglementation sociale devraient plutôt s'interroger.


91% du lectorat du Figaro soutient les projets d'Air Fric.


Le ministre des transports, toute honte bue et mensonge ravalé, se permet de déclarer : c'est une compagnie privée (merci Gayssot) l'état (16% du capital) n'a pas à intervenir."


Le Premier ministre qui reste aussi dynamique qu'une bernicle à marée basse quand il faut aider les salariés des salons de coiffure du 10ème aux prises à une mafia patronale esclavagiste trouve là du temps pour stigmatiser les grévistes d'Air France.


La doxa socialiste dans toute sa splendeur.

 

Air France KLM, c'est :

"Plus de 95 000 collaborateurs participent au dynamisme de ses activités, dont les principaux métiers sont le transport de passagers, le transport de fret et la maintenance aéronautique."

Au 31 mars 2014, le nombre d'actions du capital d'Air France était de :

 300 219 278 (dont 15.9% dans les mains de l'Etat).

Chacune de ces actions a produit de part le travail des personnels un résultat net de : 6,17€ soit un résultat net global de : 

1852352945,26€, soit près de 20 000€ de résultat net (après charges et impôts par salarié.

source des chiffres ci dessus :

http://www.airfranceklm-finance.com/L-action/Dividendes

en furetant sur la toile, on trouve aussi cela :

AIR FRANCE

CICE : 40 et 57 millions.

Dividendes : Après 5 années d’absence de distribution, Air France prévoit un rendement de 2,39% en 2014 et 2,99% en 2015.

Effectifs : le groupe est en pleine restructuration (plan Transform 2015), en quatre ans il aura perdu entre 12.000 et 15.000 postes (sur 106.000).

Rappelons que le CICE est prévu (ouaff ouaff) pour créer des emplois en France.

 

Le Premier ministre a déclaré vendredi soir que la grève à Air France était «insupportable» et qu'elle devait s'arrêter.

Dans un communiqué commun, le président de la Fnam (Fédération nationale de l'aviation marchande) et ses compagnies membres, le président du SETO (Syndicat des entreprises de tours opérateurs), le président du SNAV (Syndicat des agents de voyage), le président de l'UAF (Union des aéroports de France) et le président de la CSAE (Chambre Syndicale des assistants en escale), ainsi que le PDG d'Aéroports de Paris (ADP) ont apporté leur soutien à la compagnie.

Combien de CICE cumulés dans les coffres de cette brochette?

Toute la réaction use de l'argumentation éculée "grève des trop payés". Facette de grève des nantis ou des fonctionnaires payés à rien faire, etc.


Bientôt si un médecin s'engage à lutter contre la délocalisation d'un hôpital ou la fermeture d'un service verra la CFDT appeler les personnels administratifs, techniques ou soignants non-médecins à dénoncer ces "trop payés" plutôt que de prendre leur part à un combat commun. Heureusement qu'à l'Hôtel-dieu ils ont réussi à déjouer ce piège et battre la clique de Le Guen qui continuait les travaux de la sarkonnexion.


Oui, les pilotes en s'opposant au principe de la délocalisation pour baisser les coûts sociaux (en fait la part des salaires dans les richesses produites par TOUS les salariés) ont , qu'ils en soient conscients ou non, participé à la lutte contre la casse du code du travail, et de même ils ont mis un coin dans les bases économique du low-cost dont Air France a une longue expérience. La compagnie alors non privatisée fut la première à délocaliser sa gestion comptable en Inde pour à la fois diminuer la part de "masse salariale" et pouvoir spéculer en temps réels sur les dates et heures de valeur avec la trésorerie.


Non, en arrêtant le projet initial d'Air France KLM et reposant la question de la déréglementation des transports par le low-cost, ils ne sont pas battus. Ils sont, si on peut oser la comparaison, un peu dans la situation des cheminots de 95 quand ils ont fait reculer le gouvernement sans imposer leurs propres solutions. 

 

Ce qui avait été salué comme une victoire en 95 (qui conduira Notat à partir en courant d'une manif avec une volée de syndiqués CFDT aux fesses) ne doit-il pas être considéré à l'identique et donc être défaite pour ceux qui s'y sont opposés.


Que la CFDT stigmatise les grévistes et soutienne les protégés du Figaro est maintenant dans l'ordre des choses, un ordre à faire voler en éclats.


Voir le syndicat des RRRévolutionnaires de Charlety en 68 jouer au briseur de grève en 2014 permet de mesurer la dérive d'un continent dont les habitants ont un besoin urgent de prendre le large sous peine de devenir captif de ce "meilleur des mondes" que les sarkocialistes sont en train de bâtir pour complaire au lectorat du Figaro.
 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #social, #lutte de classe, #économie, #transport

Repost0
Commenter cet article

jean-marie Défossé 29/09/2014 17:37

Depuis 2004 , je me suis interdit de prendre la compagnie Air-France pour mes éventuels voyages , celle-ci ayant fusionné (euphémisme pour ne pas dire s'étant prostituée) avec KLM Royal Dutch Airlines (en néerlandais, Koninklijke Luchtvaart Maatschappij) dit Compagnie Royale d'Aviation dont le PDG actuel est un certain Alexandre de Juniac .
Ben oui ! Encore du Royal par ci , de l'Aristocrate par là ...avec en prime du "fourrage" des valeurs républicaines françaises ainsi que pour finir , une Marianne obligée de faire le tapin pour les monarchies du Golfe et la Couronne d'Angleterre . Plus importants que les emplois , le FRIC bien entendu , avec en supplément des blasons , des armoiries , des prétentions et des visées IMBECILES ,des "De mes Deux qui s'entrechoquent en veux-tu , en voilà" !
Affligeant , mais malgré tout , un grand MERCI aux pilotes grévistes !