Mémoire, hommage solennel...et distraction

Publié le 10 Août 2014

ou comment à la fois

venir honorer nos camarades

et

se taper une pinte de bon sang

Compromission des élus socialistes parisiens avec l'armée russe qui pour arriver à Paris a du traverser soit l'Ukraine soit la Pologne. Qu'en dit Le Drian

Compromission des élus socialistes parisiens avec l'armée russe qui pour arriver à Paris a du traverser soit l'Ukraine soit la Pologne. Qu'en dit Le Drian

Canaille le Rouge, comme annoncé, était à l'Arc de Triomphe.

La partie mémoire et histoire, importante.

Un dimanche de mi aout, des centaines de personnes qui sidèrent le protocole parcequ'elle chantent ( juste) et connaissent les paroles outre le Chant des Partisans, une Marseillaise non compassée ou officielle.

Un protocole qui, tellement en colère d'avoir à arracher les drapeaux de la CGT en arrivant sur la place, s'en enmêle les pinceaux à laisser badges et autocollants rester dans le "silence sous le lieu sacré"(fin de citation).

La présence des pupilles de l'Orphelinat national des Chemins de Fer, intrigués, sereins et curieux et surtout natures. 

Celle,  nombreuse des cheminots, dont un nombre plus importants qu'à l'habitude d'actifs parmi de nombreux retraités dont certains avaient des raisons mémorielles, affectives, militantes d'être là, oui,avec la présence de ceux qui il y a quelques semaines se battaient contre les liquidateurs des acquis de la Résistance. Cela instllait une émotion qui pour être ni compassée ni protocolaire, parce que populaire, portait haut.

Et puis quelques moments forts qui font le miel de Canaille le Rouge :

Alors que Fabius use sont peu de crédit à rassembler contre la Russie, le seul représentant étranger venu saluer la classe ouvrière de notre pays était un major de l'Armée russe (la canaille n'écrit pas Rouge), un major général en grand uniforme d'apparat qui s'était tranquillement installé parmi les anciens combattants antifascistes et leurs drapeaux, à côté des syndicalistes ...au grand dam des culottes de peaux qui cherchaient à le réinscrire dans le protocole.

Autre moment : personne ne sait combien d'heure de répétitions officielles il aura fallu pour apprendre à l'aboyeur de ne pas dire "CGT" que pourtant environ 300 personnes lui épelaient dans les esgourdes.

Canaille le rouge le dit, prêt à démentir si on lui démontre qu'il se trompe, pas de représentation es qualité du P"c"F, organisation ou élus. Les enjeux électoraux ont dû changer.  Il s'est trompé et, à la relecture dès s'étant rendu compte de son erreur, le rectificatif immédiatement est parti.

Et puis ceci, la sans erreur possible, (La Canaille indiscret a été photographier le livre d'or officiel du comité de la flamme).

Sous la sobre mention du secrétaire général de la fédération CGT des cheminots marquant la date de la présence de son (fierté aussi de La CAnaille dire "mon") organisation, les présents : ONCF, bien sûr, l'ANCAC, l'ONAC et quelques autres, puis....

Madame Hidalgo, maire de Paris était représentée. Sa représentante a écrit ceci,

 

Mémoire, hommage solennel...et distraction

alors qu'on célébrait la grève insurectionelle qui engageait la chasse du nazisme par la population de Paris, ce moment d'histoire où les parisiens dans la foulée des cheminots qui inventent une grève jamais vue dans l'histoire de France pour se libérer en libéant leurs camarades, s'armant et s'unissant pour se battre contre la collaboration et ses maîtres, vous avez lu ce que la porte plume a mis sur le papier et sans doute qui restera dans l'histoire comme la version Vallso Hollandaise du reniement des valeurs historiques.

Pour votre gouverne, voici la page complète :

Mémoire, hommage solennel...et distraction

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #histoire, #commémoration, #Résistance, #mémoire

Repost0
Commenter cet article