Maréchal, te r'voila !

Publié le 27 Août 2014

pour prendre date

ce 10 fructidor,

jour de l'échelle

et veille

de celui

de la pastèque

à coup sûr,

il l'a prise

Maréchal, te r'voila !

Pas un programme, une profession de fois.

Pas encore Pucheu, à fond dans Belin.

Démonstration.

« Cessons d'opposer systématiquement Etat et entreprises, d'opposer chefs d'entreprise et salariés, organisations patronales et syndicats (…). Notre pays crève de ces postures. »
 « La France a besoin de ses entreprises, de toutes sesentreprises (...), car ce sont les entreprises qui, en innovant, en risquant les capitaux de leurs actionnaires, en mobilisant leurs salariés, en répondant aux attentes de leurs clients, créent de la valeur, génèrent de la richesse qui doit profiter à tous. Et moi, j'aime l'entreprise ! »

 

 « Il est absurde de parler de cadeaux aux patrons », a-t-il ajouté à ce propos. Et pour que tout soit clair il a enchainé  : « Le patronat doit faire plus et plus vite. »

 

Comme l'avait parié (sans gros risques) Canaille le Rouge, au lendemain de la nomination du nouveau gouvernement, le maquignon de Matignon a été accueilli debout, par des applaudissements et une ovation soutenu par le gratin du Caital présent à l'ouverture de l'université du Medef, mercredi 27 août à Jouy-en-Josas, dans les Yvelines.

 

Un programme économique sur mesure pour interdire le retour de la droite officielle et son extrême, il le fait à leur place, charters musclés compris.

 

 

 

 

Putôt que des "on-dit" la réalité

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #économie

Repost0
Commenter cet article