le 18 Brumaire de Manuel-Georges-Paul Valls-Guizot-Reynaud

Publié le 30 Août 2014

l'été est pourri,

y a plus

d'saisons

le 18 Brumaire de Manuel-Georges-Paul  Valls-Guizot-Reynaud

le paysage durant la non bataille

 



Brumaire en Thermidor. Météo France l'annonçait, Matignon confirme.
Ou le 18 Brumaire de Manuel-Georges-Paul  Valls-Guizot-Reynaud

Réaction immédiate et très limitée de protestation sur le fond des mesures décidée par Valls en matière de logement.

Canaille le Rouge a dit dès leur mise sur la place publique ce qu'il en pensait.
 Là est le fond.http://canaille-le-rouge.over-blog.com/2014/08/valls-mieux-que-guizot.html

Ce n'est pas nouveau dans l'histoire de France. Extrait du Journal de Rouen du 6 août 1815 (un mois et demi après Waterloo, et un mois après le retour de Louis XVIII), mis en ligne par une vieille connnaissance de La Canaille :

le 18 Brumaire de Manuel-Georges-Paul  Valls-Guizot-Reynaud

Maintenant, la forme.

En France, la vitesse est limitée, c'est la loi. Imagine-t-on de ne le faire qu'à l'intérieur du périphérique ?

Les coups de serpes que le maquignon de Matignon assène sur un des textes qui reprenaient les propositions du candidat Hollande (la N°22) reviennent à dire " je décide de supprimer une loi votée par la majorité du parlement démocratiquement élu ", parlement qui a constitutionnellement le pouvoir de faire la loi, le gouvernement tout aussi constitutionnellement le devoir de la faire appliquer " dans toute sa rigueur ".

Pourtant, curieux silence sur ce " golpe " légitimiste.

Comment qualifier autrement que " coup de force " le fait de se servir contre la loi en vigueur d'un des leviers du pays chargé de tenter d'assurer l'égalité de traitement des citoyens en tout point du territoire pour arroser ceux qui n'en ont pas besoin au détriment de ceux qui sont le plus dans l'urgence d'une solution ?


Personne jusqu'au moment où La Canaille s'interroge qui ne relève le caractère délictueux de l'intervention de celui qui quitte la redingote de Clemenceau et enfile les habits mités et miteux de Paul Reynaud.

Cela ressemble pour beaucoup, les fusils en moins, mais les caméras en plus pour tenir le peuple en respect, à un de ces 18 Brumaire dont les roquets à dents longues ont le secret.

Que vont dire les 200 savates ?

D'abord, précisons : pourquoi pas savates et pas godillots ? Si les godillots sont aux services de qui les portent, les godillots sont fait pour arpenter la campagne et à se titre disposés à affronter les éléments fussent-ils agités.

Les savates, définitions du dictionnaire, montrent immédiatement le périmètre d'intervention : " mules ", " pantoufles ", " chaussons ", " charentaises " .

Mules et pantoufles déjà ciblent bien caractères et pratiques des porteurs mais de plus l'idée d'un usage circonscrit à la Chambre leur va, osons ire, comme un gant tant ils ont disparu des lieux publics de leur terre d'élection.

Au 31 du mois d'août, on les voit vent debout, plus près des filles de la Rochelle que du côté des ZAC ZUP et autres ZEP qu'ils quadrillaient il y a si longtemps pour se faire élire.

Donc ces savates qui à coup de stylo ont signé leur soutien au transgresseur de la loi républicaine qui c'est manifesté hier vont-ils persister dans cette forfaiture ?

Ils n'ont pas trop de mouron à se faire. Ceux qui se désignent comme les alternatifs au PS à gauche étant tellement emberlificotés dans leurs querelles personnelles dues à la lutte des places pour assurer leur hégémonie plutôt que d'interpeller le peuple pour qu'il définisse le contenu de l'alternative, la voie reste dégagée pour la comète Valls continue de sillonner de la gauche vers la droite et rassemble dans son panache, de Guizot à Guy mollet en passant par Thiers, Clemenceau et Paul Reynaud tout ce qui fait l'histoire des politiques françaises au service du capital.

Le nouveau, c'est que le putsch avec le consentement de la majorité des élus, sans qu'aucune voix ne le dénonce pour tel devient le fonctionnement institutionnel de la France.

Quand la banque  JP Morgan demandait au printemps des régimes autoritaires en Europe pour garantir la fluidité du système, tous braquaient leur regard vers l'Est et le Sud du vieux continent.

Les uns par cécité parfois longuement entretenue, les autres par calcul pour ne pas voir ce que faisaient leurs savates.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #économie, #forfaiture

Repost0
Commenter cet article