Une grande conscience de l'humanité vient de disparaitre

Publié le 14 Juillet 2014

Une grande conscience de l'humanité vient de disparaitre

L'écrivain sud-africain Nadine Gordimer, prix Nobel de littérature 1991 et engagée dans la lutte contre l'apartheid, est morte dimanche 13 juillet à l'âge de 90 ans.

Une de ces femmes qui défient l'ordre établi.

Engagée dans la lutte antiapartheid, membre de l'ANC, elle avait 90 ans.Ses enfants ont rappelé que «Ses plus grandes fiertés n'était pas seulement d'avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1991, mais aussi d'avoir témoigné (à un procès) en 1986, contribuant à sauver la vie de 22 membres de l'ANC, tous accusés de trahison».

Son oeuvre a longtemps été interdite par le régime d'apartheid .

Elle vit une enfance conformiste dans le milieu petit-bourgeois de Springs, cité minière de la banlieue de Johannesburg. À neuf ans, elle rédige sa première nouvelle, genre que toujours elle privilégiera, inspirée par la fouille policière de la chambre de sa domestique noire.

Entrée de plein pied dans l'écriture à l'âge de 15 ans, c'est pour le besoin d'enraciner ses personnages dans leur contexte qu'elle s'intéresse à l'ordre social sud-africain et découvre la ségrégation raciale sous la «South-African way of life». Derrière l'intrigue d'un roman, toujours les caractères des personnages, leur inscription dans le tissu social.Un style simple, limpide qualifié de "sobre et sans concession" à l'image de ses engagements,

Dès la sortie de l'adolecence, elle a choisi sont camps et ne l'a jamais quitté même si ses avis et critiques pour les siens étaient tout autant affutés. Compagnon de route, d'engagement, de partage avec Mandela et l'ANC, elle était des leur. Une plume, une femme de son temps un moment de la conscience de l'Afrique du Sud qui a sorti son pays de la barbarie raciste pour le hisser vers l'humanité.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #culture, #antiaparthteid, #ANC, #Mandela

Repost0
Commenter cet article