Ukraine, crise politique

Publié le 24 Juillet 2014

 

 

les Fabius'boys

se déchirent,

le capital s'inquiète.

Un fasciste entre deux nazis c'est à Kiev

Un fasciste entre deux nazis c'est à Kiev

Canaille le Rouge aura l'occasion à coup sur d'y revenir mais les premières informations seraient assez croquignolesques si ce n'était pas le peuple ukrainien qui va subir les conséquences du conflit entre les nazis déclarés, les nazis honteux, les ultra réactionnaires qui les bordent et l'UE qui les encadre.

Voici les premières inforamations rapportées par Le Monde :

La coalition gouvernementale au Parlement a été dissoute, jeudi 24 juillet, provoquant immédiatement la démission du premier ministre, Arseni Iatseniouk , un des potes de la La Voisin orange .

La dissolution de la coalition « aura des conséquences dramatiques pour le pays », a mis en garde Arseni Iatseniouk, dans un discours devant les députés.« Notre gouvernement n'a pas de réponse aux questions “avec quoi payerdemain les salaires ? comment faire le plein de blindés et financer l'armée ?” (…) Qui votera des lois impopulaires ayant en tête les élections ? », s'est-il interrogé.

Le cri du coeur : comment va-t-on continuer à progrommer à réprimer et tuer si on est désorganisé.

Ce Iatseniouk qui s'est rendu célèbre en saluant le bras tendu les troupes gasciste du putsch de début 2014.

Les lois impopulaires sont celle qui conditionnent "l'aide" de l'UE : privatisations, casse des garanties sociales, vente du foncier agricole etc.

C'est que pendant les massacres, la braderie continue de façon intensive preuve qie le fascisme est un des points d'encrage majeurs de l'ultralibéralisme.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #Ukraine, #nazis, #crise

Repost0
Commenter cet article