remugles

Publié le 13 Juillet 2014

remugles

Il y a des noms comme cela qui invite à brancher la machine à baffes ou au rejet brutal. La phonétique n'a rien à y voir, c'est le porteur du patronyme, son image et son "aura" qui créent c'est le cas de le dire , la réaction.

Une sorte de darwinisme politique : la fonction crée l'organe, ainsi s'établie le Woerth.

Comme un abus de Chantilly sur un smoking trop serré et hop comme gavé, ça pousse à régurgiter.

Et la Canaille de vous dit pas combien ça pue.

L'homme des pots des vin, de la fraude, le palfrenier interéssé interface du Sarko-Bettencourt-show, celui des affaires, le spéculateur sur les biens publics persiste dans ces attaques contre les salariés.

Lui le prévaricateurs dominateur qui jusqu'à ce jour a évité Fleury Mérogis mais doit rendre des compte à la cour de la République, use des artifices des avocats dédiés à sa classe pour librement éructer sa bile. Sa haine transpire à chaque son qu'il profère chaque touche qu'il claviote.

Réve de La Canaille : devant tant de haine et de suffisance que son cheval préféré lui rappelle comment Emilien Amaury se fondit dans le passé. Ce ne serait que justice.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost0
Commenter cet article