Ode à Cazeneuve

Publié le 26 Juillet 2014

à la manière de,

intermède.

Ode à Cazeneuve

"Qui arrête la révolution à mi-côte ? La bourgeoisie. Pourquoi ? Parce que la bourgeoisie est l’intérêt arrivé à satisfaction. (...) Il y en a qui disent qu’il faut me tirer un coup de fusil comme un chien. Pauvre bourgeoisie. Uniquement parce qu’elle a peur pour sa pièce de cent sous. (...) Ouvriers de Paris, vous faites votre devoir et c’est bien. Vous donnez là un bel exemple. La civilisation vous remercie."

Victor Hugo (1848)

 

Ode au ministre de la police et la provocation

Il doit justifier son salaire;
Il fait se dresser les murailles,
D'un rempart de droit qui éclaire
Les casques qui nous assaillent.

Dans les cars bleus alignés,
nous voyons, l'émule d'un Papon
Ministre qui dit de cogner
Ceux qui refusent et disent NON.

Sa piètre silhouette noire
Fulmine côté Latour Maubourg.
Il sent à quel point son plan foire
Futile frein, comme toujours.

Il erre et jette sa haine immense,
Va, vient, lance sa géhenne au loin,
Signe des deux mains décret, loi, ordonnances;
Moi je regarde, obscur témoin,
Pendant que, déployant ses voiles,
le nombre d'où parvient la rumeur,
Semble élargir jusqu'aux étoiles
sa colère face au frustre et conspue le sabreur.

(D'après Victor Hugo malmené par La Canaille)

 

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost0
Commenter cet article