Moment de dignité dans une mer de bassesses

Publié le 17 Juillet 2014

Ils disent

NON:

 

Ils ne cautionnent pas "l'occupation des territoires palestiniens". Un groupe de 50 jeunes Israéliens a publié une lettre ouverte au Premier ministre Benjamin Netanyahu, expliquant qu'ils refusaient d'effectuer leur service militaire, obligatoire en Israël, sous peine de prison ferme.

"Notre opposition à l'occupation des territoires palestiniens par l'armée israélienne constitue la principale raison de notre refus de servir", indique la lettre, publiée samedi 8 mars, sur la page Facebook de l'organisation pacifiste d'extrême-gauche "Yesh Gvul" [il y a une limite en hébreu].

Les signataires dénoncent "les violations des droits de l'Homme" en Cisjordanie, les "exécutions, la construction de colonies, les détentions administratives [de Palestiniens], la torture, les punitions collectives et une répartition injuste de l'eau et de l'électricité". Et d'expliciter : "Tout service militaire perpétue la situation actuelle, et de ce fait nous ne pouvons prendre part à un système qui se livre à de tels actes."

Quand la face cachée porte la lumière et celle télévisible l'obscurantisme.

Quand la face cachée porte la lumière et celle télévisible l'obscurantisme.

Leur refus est aussi contre cela :

Le message inscrit sur les bombes est "From Israël with love" (depuis Israël avec amour)

Le message inscrit sur les bombes est "From Israël with love" (depuis Israël avec amour)

Il fut un monde anéanti pensait-on par la coalition de l'Humanité, un monde où les portails de la mort s'ornaient d'un "le travail rend libre".

Comment ceux qui ont pu en réchapper, ont combattu ce mal peuvent-il laisser leur descendance faire ce que montre la photo ci dessus ?

Des gamins qui dédicacent les bombes qui vont massacrer d'autres gosses de l'autre côté d'un mur interdt par l'organisation des nations unies ?

S'il y a une image  faisant le pendant ignominieux de ces gosses assassinés , c'est bien celle là : L'heureux massacre expédiés par "amour".

Honte a un système politique qui permet cela, honte à ceux qui le soutienne et le protège, hnte à ceux qui persistent à le légitimer.

 

Moment de dignité dans une mer de bassesses

"considérant qu’il importe de préparer pleinement l’enfant à avoir une vie individuelle dans la société, et de l’élever dans l’esprit des idéaux proclamés dans la Charte des Nations Unies, et en particulier dans un esprit de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d’égalité et de solidarité;"

Cette phrase est tirée de ce document :

http://www.humanium.org/fr/convention/texte-integral-convention-internationale-relative-droits-enfant-1989/

ratifié par les "états souverains".

La Convention internationale relative aux Droits de l’Enfant est entrée en vigueur le  7 septembre 1990, lorsque 20 pays membres de l’Organisation des Nations Unies l’ont ratifiée. Aucun autre traité international relatif aux Droits de l’Homme n’a suscité un tel consensus de la part des États.

Israel en est signataire. 

Sans autre commentaire

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #Palestine, #endoctrinement, #traités internationnaux, #CIDE

Repost0
Commenter cet article

RBOBA 17/07/2014 22:53

Si, justement, il faudrait en faire des commentaires, à commencer par interpeller nos "élites auto-proclamées" qui continuent à défendre cette abjection, ces merdias, ces radios, faut-il le rappeller, publiques, car financées avec/par nos impôts, donc en quelque sorte ces merdieux (ceux exercant dans les merdias) sont "nos " salariés. mais pour le coup, public me fait penser à une expression utilisée dans la littérature du 19 è siècle, public/publique, au sens de "filles publiques". Que d'aucun nomment d'ailleurs, la "presstituée".