Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gaza, Paris, liberté de manifester

Ce n'est pas

à

Nétanyahou

de faire la loi

à

Paris

Les casseurs sont identifiés et protégés, voir ont des relations sereines avec les forces de police : voici la "LDJ" à l'oeuvre. Que dira Valls ?
Les casseurs sont identifiés et protégés, voir ont des relations sereines avec les forces de police : voici la "LDJ" à l'oeuvre. Que dira Valls ?

Les casseurs sont identifiés et protégés, voir ont des relations sereines avec les forces de police : voici la "LDJ" à l'oeuvre. Que dira Valls ?

En déplaise à dame Haloui qui au nom du PCF voit des invasions de synagogues et est atteinte de cécité sélective devant les actes filmés de la LDJ pillant les terrasses de cafés à côté des dites synagogues pour organiser la violence, les menaces ne viennent pas des soutiens au peuple palestinien.

La presse international eplus distante des pouvoirs, ses articles photos et vidéo a ramenée les choses à de plus justes réalités.

Le comuniqué de la ligue des droits de l'Homme qui est tout sauf un repère de salafiste affutant ses sabres remet bien les choses à leur place :

 

Communiqué LDH


La décision du ministère de l'Intérieur d'interdire une manifestation en faveur des droits du peuple palestinien au motif « de ne pas importer le conflit israélo-palestinien en France », après avoir autorisé la précédente, constitue une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle, et un déni de la réalité.


Exiger la reconnaissance du droit du peuple palestinien à un Etat souverain aux frontières, aussi sûres et reconnues que celles de l'Etat d'Israël, cen'est pas importer un conflit, c'est inscrire la politique française dans les principes qu'elle prétend défendre.


Au moment où la liste des victimes civiles – même si le rappel de la prohibition absolue de tels actes envers toutes les populations civiles s'impose – s'allonge de manière effrayante, il ne sert à rien de tenter d'étouffer le sentiment de révolte que provoque l'intervention militaire israélienne contre la population de Gaza, sauf à vouloir un peu plus accréditer que le gouvernement a fait le choix partisan d'un camp.
La LDH entend rappeler avec force que le conflit israélo-palestinien ne peut conduire à assigner à résidence communautaire telle ou telle partie de la population. A ce titre, s'en prendre à des lieux de culte et aux croyants est inadmissible et doit être sanctionné.


En même temps, à en croire les comptes rendus de presse, les faits en cause ont fait l'objet d'un traitement judiciaire partial, en ne rendant pas compte du rôle de la Ligue de défense juive dans leur déroulement. La LDH a déjà eu l'occasion de s'étonner du traitement de faveur dont bénéficie cette organisation qui n'a jamais caché qu'elle se comporte, à l'encontre de la loi, en milice supplétive de certains partis politiques israéliens membres du gouvernement de M. Netanyahou.


C'est sur les pouvoirs publics que pèse, avant tout, la responsabilité de faire respecter le droit de chacun à exprimer ses opinions pacifiquement et dans le cadre des lois de la République. La paix civile comme le libre débat démocratique ne peuvent être préservés que si les pouvoirs publics ont une attitude claire et impartiale.


Paris, le 18 juillet 2014

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article