Crash (suite)

Publié le 18 Juillet 2014

La machine

idéologique

est

en marche

Ci dessus ce n'est pas un plan de vol mais l'évolution de la bourse de New-york

Ci dessus ce n'est pas un plan de vol mais l'évolution de la bourse de New-york

La canaille ne sait toujours pas (comme vous certainement) qui a abattu le boeing.

Alors que les USA persiste à rester mesurés :

Des experts des services de renseignement américains estiment que le Boeing 777 de Malaysia Airlines, parti d'Amsterdam pour Kuala Lumpur, a été abattu par un missile sol-air dont l'origine reste cependant encore incertaine.

Le Canada prend l'initiative et a trouvé le coupable, c'est la presse Suisse qui le rapporte ainsi :

Le Canada a pointé la responsabilité russe. «Nous ne savons pas encore qui est responsable de cette attaque, mais nous continuons de condamner les actes d'agression militaire perpétrés par la Russie ainsi que l'occupation illégale de l'Ukraine (...) à la source du conflit actuel dans la région», a déclaré le Premier ministre Stephen Harper dans un communiqué.

 

Donc, si comme cela devait être confimer le missile a été tiré depuis le sol ukrainien éventuellement sous la responsabilité d'un ministre nazi, ce serait de la faute aux Russes qui doivent supporter débor-bombar-dements idéologiques et militaires venant des putschistes de Kiev. 

Le Canada, bras historique secondaire et séculier de tous les imparialisme qui est à la neutralité diplomatique ce que Poutine est à l'économie socialiste tente de donner le "la".

Il ne s'agit pas de décerner un brevet de civilité au patron des oligarques russophiles mais de bien mesurer que le camps des oligarques otanophiles nous a plus qu'habitué à crier aux loups(gris) à chacune de ses provocations.

Par ailleurs, index et symbole systémique de la réalité planétaire, ce qui émerge, ce n'est pas la perte de vies humaines mais :

 

"Les marchés financiers européens et américains ont décroché jeudi après l'annonce du crash, intervenue pendant la nuit en Asie, les investisseurs craignant les conséquences d'une nette escalade des tensions dans cette région en crise et ses conséquences sur l'économie mondiale.

Vendredi, c'était au tour des Bourses asiatiques de reculer nettement. L'action de Malaysia Airlines, elle, plongeait de près de 20% à la Bourse de Kuala Lumpur. "

La bourse ou la vie, pour eux, le choix est établi.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost0
Commenter cet article