Boycott et mouvement ouvrier

Publié le 17 Mai 2014

Petit rappel

pas forcement

 inutile

Boycott et mouvement ouvrier

Dans certains espaces tant politiques que syndicaux, il est de bon ton de stigmatiser les militants qui s'affichent dans leur détermination de boycotter et faire boycotter la mascarade du 25 mai  ou qui s'engagent dans le boycott des produits issues du colonialisme en particulier dans le cadre de la campagne des importations de la production extorquée par l'exploitation dans les territoires de la Palestine annexée.

L'argument souvent avancé contre ces camarades qui préconisent le boycott est au premier abord imparable : "comment peux-tu t'engager dans une pratique totalement étrangère au mouvement ouvrier de son histoire et ses traditions?"

Cela vaut le coup d'y regarder à deux fois.

Au congrès de toulouse de la CGT en 1897 la question du boycott prend une telle importance qu'une commission de travail a été mise en place par le congrès pour d'une part le définir et d'autre part examiner son usage et comment l'appliquer à ceux qui ont un comportement contraire aux intérêts de la classe ouvrière ou aux principes qu'elle défend.

 

Boycott et mouvement ouvrier

Dans un premier temps la commission dans un long rapport va définir le terme, donner ses racines et voir s'il s'articule ou pas avec la "déontologie syndicale" dans un second temps elle va à parti de son constat soumettre une résolution au vote du congrès.

La réponse est nette et sans bavure :

Boycott et mouvement ouvrier

Quand Canaille le Rouge dit que nombre des déshérences organisationnelles et déjantages idéologiques dans le mouvement politique ou syndical ne sont pas des incidents fortuits mais des conséquences de pratiques assumées, oui, ces sorties de route sont dues à une ignorance volontaire ou non de l'histoire de ces organisations. N'oublions pas que la SFIO créée par des syndicalistes de la CGT pour disposer d'un levier politique d'action s'inspirera fortement du syndicalisme pour s'organiser. Rappelons que le congrès de Tours poursuivra cette parenté jusque dans la démarche des majoritaires vers la troisième internationale. Pour cela ils rencontrerons Lénine pour faire avaliser la place et l'histoire d'un syndicalisme révolutionnaire et ses principes.  

La Canaille a tendance à penser que le confort dans l'ignorance est singulièrement bien entretenu tant elle permet de chercher d'autres ports et d'autres anneaux pour aller amarer le bateau CGT et laisser le P"c"F se transformer en radeau de la Méduse.

La seule phrase qu'ils connaissent de l'Internationale c'est "du passé faisons table rase" oubliant qu'il s'agit du passé de l'exploitation et de ses bases mais pas de la mémoire indispensable pour savoir d'où nous venons pour agir et construire vers là où l'emancipation éxige d'aller.

Oui, le Boycott est un des leviers de l'activité politique et revendicative, pas un corp étranger à l'histoire du mouvement ouvrier.

Le PCF d'alors le savait si bien qu'il l'utilisera au second tour de l'élection de la présidentielle de 1969 en usant de ce Bonnet blanc et Blanc bonnet pour appeler à ne pas cautionner un résultat qui porterait trahison des intérêts du peuple de France.

A ceux qui usent de la méconnaissance de l'histoire pour distribuer leur "mac-do idéologiques", Canaille le Rouge vous propose leur de mettre à disposition un lien permanent avec le site de l'Institut CGT d'histoire sociale et de ne pas hésiter à le fréquenter.http://www.ihs.cgt.fr/spip.php?rubrique70

Mois d'été aidant, cela ne pourra que leur faire du bien pour aborder la rentrée.

Rien de tel qu'une série "d'abdos cérébraux ", plus porteur que "candy crush" ou autres détergent à neurones pour se muscler le cerveau et lui permettre de ne pas se déséquilibrer vers la droite.

 

Boycott et mouvement ouvrier

Le mot d'ordre reste valide : s'abstenir c'est c'est plus que jamais agir contre la réaction.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #boycott, #25 mai, #BDS, #Histoire, #syndicat, #CGT, #politique

Repost0
Commenter cet article